UN LIVRE EN VENTE SUR L'HISTOIRE DU PIN cliquer ici

niché entre Bretagne et Anjou au nord de la Loire,
voici
LE PIN

 

 

 

 

 

 

le bourg s'est groupé autour de son église depuis le Moyen Age

Ce chirographe de 1149 aux archives d'Angers relate la fondation de l'église St Lambert et de l'abbaye

le prieur de Rochementru a pris le temps d'enluminer le registre en 1540

 

Vous qui vivez n'oubliez pas a priéz pour les trepassez...

en 1563 le prieur
" du Pin et Saint Supplice" rend aveu au roi de France

 

St Sulpice des Landes ne sera séparée du Pin qu'en 1767

trouvaille d'archives

un grain d'orge est resté dans ce papier de notaire déposé aux archives de Nantes

 

le sceau atteste que
le Pin est en Bretagne

Tout le charme de la douceur angevine chantée par le poète se lit sur ces vieux toits

 

la vieille forge vient seulement de disparaître

projet de construction 1903

on regrettera sans doute que le clocher manquera définitivement à notre édifice centenaire !

l'argent manquait en 1903

 

la guerre
14-18 ôtera toute chance

 

 

le curé Maillard est représenté en tête de cariatide dans le bâtiment qu'il a fait édifier

St Lambert évêque de Maastrich est le saint patron

 

Sa fête
le 17 septembre
donnait lieu a une foire extrêmement réputée

des piliers élancés de marbre rose soutiennent la voûte

 

les fonts baptismaux et le choeur sont également en marbre

on aime les effets du soleil dans les grandes verrières

autre volonté du curé Maillard,
le calvaire monumental

 

 

 

Il est éclairé chaque soir

la photo de 1914 prouve que le calvaire passe bien les années

 

la croix a été refaite dès 1934 par les artisans du village, fiers de leur chef d'oeuvre

la mission de 1934 est restée dans les mémoires
le photographe a immortalisé ces "gens du pays" sur la plus célèbre carte postale ancienne
ces portraits du "Bas du Bourg" début XXe siècle sont très évocateurs
scène de vie rurale dans le bourg du Pin
route de Candé
il y a moins de 100 ans
50 ans plus tard la troupe du village va jouer avec un grand succès "Rouget de Braconnier"

les "Grandes Maisons" prises par la végétation viennent d'être abattues

 

datant du Moyen Age, elles ont pu servir de prison pour enfermer les faux-sauniers

ces fenêtres le laissent penser:


l'une avec ses barreaux,


l'autre appelée une "genue" ne permettait pas l'évasion mais permettait aux gabelous de surveiller l'extérieur.

au hameau de Rochementru la "maison des douaniers"
existe toujours

l'église de Rochementru date au moins du XVe voire du Xe siècle. Elle a été vendue en Bien National en 1791 et elle est toujours habitée depuis, de même que la "baronnie" qui est l'ancien presbytère.

Le prieur était baron avec les droits féodaux.

Rochementru
a été défintivement rattachée au Pin en 1831.

la vieille charpente remarquable a traversé allègrement
les siècles

on garde les souvenirs précieux du siècle passé :
le père Louis Boiteau était le dernier charron du Pin.

au bord du poissonneux étang du Pin de nombreux hérons ont élu domicile dans les cimes des grands peupliers pour y faire leur nid

sur toute la commune des points d'eau attendent les pêcheurs

 

et les sentiers sont agréablement entretenus pour les promeneurs

de jolies propriétés giboyeuses
font la joie des vacanciers en quête de tranquillité
avant le remembrement le paysage vu d'avion était un damier de haies et de petits champs
la campagne n'a rien perdu de son charme tranquille

la noce au Pin

La douceur angevine et la lande bretonne
Se joignaient dans le temps au bocage du Pin.
Écoutez bien encor : la cloche carillonne.
On marie aujourd'hui le fils du sacristain.

L'or des genêts s'agite et les bleuets frémissent,
Azur et fleurs de lys aux hermines s'unissent.
Un feu follet s'ébat, ricoche sur l'étang,
Celtique souvenir des cortèges d'antan.

La campagne pleureuse en deuil de ses moulins
S'enfonce en la saison aux rousseurs des confins.
Coquelicots, bruyère annoncent la grand'messe,

Au bourg le champ de foire a son air de festin.
Voici venir l'élue au seuil de son destin,
La royale païse à sabots de duchesse.

R.B. 23/9/2000

si la visite virtuelle vous a plu venez vous promener sur les chemins

 

écrivez-moi :

l'écusson de la famille de Rougé :

à la ferme de l'étang,

et sur le banc du Marquis de Rochequairie, autrefois dans l'église du Pin et maintenant dans la chapelle du château de la Motte Glain

loin de la pollution citadine
on aime revivre au Pin
à l'allure des temps passés

 

 

 

 

 

retour page d'accueil du site
sur demande :
visite de l'église du Vieux Bourg de St Sulpice des Landes
une fête pour la centenaire du Pin
 
faites-moi plaisir : écrivez-moi ! boiteau @wanadoo.fr (enlever l'espace avant @) 

remerciements à Pierre Guingan, Henri Hamon, Pierre Grelier, Monsieur le Maire,
et Jean-Yves Gauguet le pilote local pour les vues aériennes...

 
UN LIVRE EN VENTE SUR L'HISTOIRE DU PIN cliquer ici 
on vit vieux au Pin :
 
le record à battre : 106 ans à Rochementru Jacquette Giraud morte en 1670 (trouvaille Michel Potier)