NOUVEAUTÉ 2018 :
un recueil de 100 poèmes
"Sourire,
            enfance
                   et nature"

12€     contactez-moi :

boiteau  at  wanadoo.fr


 

 

 

jp




 Seb

Un sourire éclatant
les yeux vif argent brillants d'un soleil réjoui
un rets fulgurant de lumière dans ce regard intense,
tu surgis de la foule hurlante et trémoussante
c'est mon cadeau du jour
on vous aime monsieur
non content de le penser si fort
de le montrer si bien
tu le dis sans trouble et sans honte
et tu te fais petit mais heureux triomphant de toi-même
naïf et insouciant, rempli de ton bonheur
ta joie résonnera en ma vieille mémoire
pourquoi donc se priver de ce moment de vie
donnant donnant voici donc mon présent
ton sourire vaut bien un poème
sache renouveler pour tous autour de toi
ce cadeau que tu fais de ton bonheur de vivre
de ton visage heureux
de ton front sans soucis
de ton regard espiègle
du plus cœur de ton corps
du plus bonheur de tes trésors
pour Sébastien, Nantes ce 14 janvier 1999

 

les titres actuellement disponibles ici :

La noce au Pin primé

Sucé perle de l'Erdre

Faites signe au cocher

Ode à mon aïeule la fileuse primé

Seb

tapis d'ici

d'autres poèmes : cliquer ici

  retour page d'accueil du site


PRIX " JEAN FOURNIER 2011 " Bayonne
décerné par l'Institut Académique de Littérature Francophone,

publié dans "le Pin, lande bretonne et douceur angevine"
et "train de nuit 2011"

la noce au Pin

La douceur angevine et la lande bretonne
Se joignaient dans le temps au bocage du Pin.
Écoutez bien encor : la cloche carillonne.
On marie aujourd'hui le fils du sacristain.

L'or des genêts s'agite et les bleuets frémissent,
Azur et fleurs de lys aux hermines s'unissent.
Un feu follet s'ébat, ricoche sur l'étang,
Celtique souvenir des cortèges d'antan.

La campagne pleureuse en deuil de ses moulins
S'enfonce en la saison aux rousseurs des confins.
Coquelicots, bruyère annoncent la grand'messe,

Au bourg le champ de foire a son air de festin.
Voici venir l'élue au seuil de son destin,
La royale païse en sabots de duchesse.

 

---------------------------------------------------------------

Sucé, perle de l'Erdre

Dans ce creux de vallon où chante la nature,
Une fée ingénue avive tous les jours
Un flot d'argent qui coule et mêle ses atours
Aux suaves parfums d'une fraîche verdure.

Les rois ont apprécié ce havre de quiétude
Où paresse à loisir la rivière en son lit,
Cet horizon douillet où la paix s'établit,
Ces vertes frondaisons que l'automne dénude.


Sonne l'heure au clocher, s'envole l'alouette,
Seyants dans cet écrin, de solides vaisseaux
D'une caresse intime effleurent les roseaux.

L'onde à l'écho du vent frissonne à la sauvette,
Le pêcheur se faufile en patient connaisseur,
L'Erdre là-bas polit la perle du bonheur.

premier prix "Pays de Loire, connaître sa région" 26/5/1989 ©


Faites signe au cocher.

Il faut cadrer ce sous-bois d'épilobes mauves.
Le serpent jaune d'arrosage
se love d'amour
sur la pelouse
qu'il coupe étonnamment.
La flèche d'un sapin rivalise maigrement
aux assauts des pics décharnés
sur un fond terne d'azur délavé.
Sa pointe crie une soif mesurée
mais si je lui donne à boire
mon poème est fini :
une seule chose à la fois
c'est trop aimer que regarder.
 
Laissez ces trépidantes vibrations
qui font courir à bout de cœur.
Un souffle léger sans ardeur
va effleurer vos solitudes.
L'âme vibrante au soleil
résonnera d'un si de violon sans bémol.
 
Asseyez-vous à l'arrière
de cette longue chapelle de nature
avec autel de pierre brute,
diligence moderne au cocher invisible.
Patientez. Le cortège s'ébranlera. C'est sûr.
Depuis la fontaine un coche arrive au haut.

la Flatière 27/7/99 ©



ODE A MON AIEULE LA FILEUSE

premier prix "Nature et vie rurale
Brouveliure  (88) 21 octobre 2000

  Dans la brise du soir au bord de la croisée
Assise, caressant l'ombre de la ramée,

Lustrant un cheveu d'ange au fil de ses dix doigts,

Mon aïeule chérit son vieux rouet de bois

Qui ronfle une chanson, berceuse d'autrefois


La vie ne dure qu'un instant.
Tandis qu'au gré du vent sa coiffe dodeline,
Son fuseau frêle ondule et sa tête s'incline.
Elle a posé quenouille aux pieds de ses enfants,
Puis laine et chevelure en menus flocons blancs
S'emmêlent. La dormeuse a dévidé son temps.
 
La vie ne dure qu'un instant.

Après un demi-siècle on a quitté la ferme ;
Les champs n'accueillent plus le grain de blé qui germe.
Au seuil de l'an deux mille on perd le souvenir
De la colline bleue où coulait son désir
D'une eau fraîche de paix qu'elle verrait jaillir.
© pour utiliser un de mes poèmes contactez-moi :
boiteau   at  wanadoo.fr 

dédié à ma grand-mère :

Françoise BOITEAU épouse POTIRON

St Sulpice des Landes 1858-1946

 

 


                                                                                                                                                                          

                                                                                                                                                                                                                    Assise sur la berge

                                                                                                                                                                                                   J’entends le chant de l’eau…tout près

                                                                                                                                                                                                                        Havre de paix !

                                                                                                                                                                                                                   Au chant de l’oiseau

                                                                                                                                                                                                                   Se mêle un son de cloche.

                                                                                                                                                                                                                       Le vent dans les roseaux

                                                                                                                                                                                                                  Apporte un parfum tout proche.

                                                                                                                                                                                                             Cette cloche au tintement si doux

                                                                                                                                                                                                                    Me rappelle au temps présent

                                                                                                                                                                                                          Je me lève et…un, deux,  au troisième coup

                                                                                                                                                                                                                   Je pars en fredonnant   ♪♪ ♪ ♪♪ ♪

                                                                                                                                                                                                                   J’y resterais bien au bord de l’Erdre ♪♪ ♪

                                                                                                                                                                                                                                Perle du bonheur♪♪ ♪

                                                                                                                                                                                                                        J'y passerais des heures ♪♪ ♪

                                                                                                                                                                                    Marie-Magdeleine Guillemand 2018 après lecture du sonnet

                                                                                                                                                                                         

                                                                                                                                                                                             


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






 gm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




retour page accueil

Tapis d'ici

 

On a bientôt dix ans
on est heureux c'est vrai
et Pierre mon cousin en bave de plaisir.

Pieds nus serrés
la plante ouverte accueillant le plafond du ciel
qui cerne pour nous l'horizon des quatre murs,
on s'allonge à loisir sur le tapis d'ici,
le soyeux léopard du salon familial.

L'insouciance parfaite a envahi nos fronts,
joie haletante d'un bonheur
que les mots ne disent
jamais au moment où il passe.

J'épanouis mon sourire pour toi mamie
qui devines dans la lumière de mes yeux
l'allégresse folle qui déborde
au dehors du cœur vibrant en moi.
Dans tout ce qui frissonne c'est l'avenir qui nous guette.

Orvault 14 avril 2000

© à mes petits cousins Pierre et Clara

                               

             100 poèmes disponibles dans le recueil "Sourire, enfance et nature" cliquer ici